fiche precedente fiche suivante
facebook
twitter
linkedin
ovocyte

L’acide folique et la grossesse

1. Qu’est-ce que l’acide folique ?



L’acide folique est une vitamine. Il s’agit de la vitamine B9. Son rôle principal est de participer à la formation de la molécule d’ADN. Elle agit également sur la synthèse des protéines et la multiplication des cellules sanguines, nerveuses et immunitaires. Son action est donc très importante lors de périodes à forte activité métabolique comme l’enfance, l’adolescence et surtout la grossesse.

Vitamine B9

La vitamine B9 n’est pas produite par l’organisme et doit donc être apportée par l’alimentation. Le foie, la levure alimentaire, le jaune d’œuf, les pâtes, les légumes verts, les légumes secs, les fruits et le soja sont des aliments particulièrement riches en acide folique.

2. Acide folique et période péri-conceptionnelle



Il semblerait que la vitamine B9 soit un facteur essentiel à la fertilité féminine. En effet, comme dans toutes les autres cellules composant l’organisme, l’acide folique participe activement à la synthèse de la molécule d’ADN de l’ovocyte. Ainsi, la vitamine B9 améliore la qualité des ovocytes. Elle serait également impliquée dans le développement embryonnaire et augmenterait les taux d’implantation des embryons dans l’endomètre.

La vitamine B9 est donc essentielle lors de la période péri-conceptionnelle. Il est ainsi recommandé de débuter une complémentation d’acide folique (consommation de produits riches en vitamine B9 et/ou compléments alimentaires) au minimum trois mois avant la conception et de la poursuivre au cours de la grossesse, jusqu’à la douzième semaine d’aménorrhée.

Graphique

75% des femmes en âge de procréer souffrent d’une carence modérée en vitamine B9 due à des apports alimentaires insuffisants. 7% d’entre elles présentent une carence sévère.

En outre, la vitamine B9 exercerait un effet bénéfique lors de la spermatogenèse. En effet, comme chez la femme, l’acide folique est impliqué dans la formation de l’ADN du gamète masculin : le spermatozoïde. Une alimentation riche en acide folique chez l’homme est associée à une augmentation de la quantité et de la mobilité des spermatozoïdes ainsi qu’à une réduction des anomalies morphologiques. Ainsi, chez l’homme également, l’acide folique est très importante avant la conception.

3. Acide folique et grossesse



Le corps de la femme évolue tout au long de la grossesse. Dès les premiers jours, des changements s’opèrent et les besoins énergétiques sont de plus en plus importants. L’acide folique contribue notamment à adapter le corps de la mère à la grossesse.

Femme enceinte

Chez la femme enceinte

La vitamine B9 permet de lutter contre les risques d’anémie, très fréquente au cours de la grossesse. Elle contribue également à la diminution de la fatigue et des troubles de l’humeur. Elle module la réponse immunitaire de la mère vis-à-vis de l’embryon et favorise le développement des organes tels que l’utérus ou les glandes mammaires.

L’acide folique assure également le bon déroulement de la grossesse jusqu’à son terme. Plus précisément, une carence peut augmenter le risque de fausses-couches et d’accouchements prématurés. Un déficit en acide folique serait aussi l’une des causes des retards de croissance intra-utérins.

4. Acide folique et malformations congénitales



Parallèlement à son rôle bénéfique lors de la période pré-conceptionnelle et au cours de la grossesse, l’acide folique joue un rôle fondamental sur le développement du fœtus. Plus précisément, un déficit en acide folique est associé à l’apparition de malformations du tube neural. Chez les femmes enceintes, une supplémentation en vitamine B9 réduit le risque que le fœtus ne développe certaines malformations congénitales du système nerveux.

malformation enfant

Les anomalies de fermeture du tube neural sont des malformations congénitales du cerveau, de la moelle épinière et de la colonne vertébrale. Elles ont lieu au cours de la 4ème semaine de développement.

Chaque année en Europe, 5 000 naissances sont concernées. Ces pathologies comme le spina bifida ou l’anencéphalie ont de lourdes conséquences pour le nouveau-né.

Le spina bifida se traduit par l’absence de fermeture de la colonne vertébrale. Ainsi, les muscles, les os, les nerfs et la peau ne peuvent pas se développer correctement. Ainsi, la moelle épinière peut être endommagée. Les conséquences pour le nouveau-né sont plus ou moins lourdes en fonction de la localisation de la lésion. Il s’agit de la malformation du tube neural la plus fréquente : sa prévalence au sein de la population française est de 1/10 000.

L’acide folique permet de réduire le risque de malformations du tube neural de 75% !



Outre ces anomalies, l’association entre les taux d’acide folique au cours de la grossesse et les malformations cardiaques, de la fente labio-palatine et du tractus urinaire est décrite. Une supplémentation en acide folique permet de réduire le risque d’apparition de ces malformations congénitales.

5. Quelles recommandations ?



Les recommandations officielles du Ministère de la Santé sont de prescrire de l’acide folique à toutes les femmes en âge de procréer et ayant un désir de grossesse. La prescription débute trois mois avant la conception et se poursuit jusqu’à la dixième semaine de grossesse. La dose prescrite est de 400 microgrammes par jour. Cependant, chez les femmes ayant déjà donné naissance à un nourrisson atteint d’une anomalie de fermeture du tube neurale, la dose prescrite est de 5 milligrammes par jour.


Écrit par:

Fabien Duval Fabien Duval, Ph.D
Biologie de la reproduction et du développement
Wistim