fiche precedente fiche suivante
facebook
twitter
linkedin
ovocyte

La FIV-ICSI

1. Qu’est-ce que la FIV-ICSI ?


En anglais, ICSI signifie « intracytoplasmic sperm injection ». La FIV-ICSI est une technique d’assistance médicale à la procréation (AMP) qui correspond donc à une fécondation in vitro avec une micro-injection intracytoplasmique d’un spermatozoïde. En résumé, il s’agit d’une technique au cours de laquelle un spermatozoïde est directement injecté dans l’ovocyte.

1992

C’est l’année de la mise au point de cette technique. La première FIV-ICSI fut expérimentée au centre de médecine de la reproduction de l’université libre néerlandophone de Bruxelles. La première naissance Française par FIV-ICSI eu lieu en 1994 à l’Hôpital Américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

En 2017, la FIV-ICSI a été la deuxième technique la plus utilisée en AMP



amp

2. Quelles sont les différences entre FIV-ICSI et FIV classique ?



FIV « classique »

fiv classique

Au cours de la FIV classique, les spermatozoïdes sont directement placés au contact d’un ovocyte. La fécondation a donc lieu de manière spontanée, mais « in vitro » c’est-à-dire en laboratoire.

50 000 spermatozoïdes / ovocyte

VS

FIV-ICSI

fiv-icsi

Lors de la FIV-ICSI, un seul spermatozoïde est choisi sur des critères morphologiques. Il est alors placé directement au sein de l’ovocyte afin de maximiser les chances de fécondation.

1 spermatozoïde / ovocyte

3. Dans quel(s) contexte(s) est réalisée la FIV-ICSI ?



La FIV-ICSI ne nécessite qu’un seul spermatozoïde pour produire un embryon. Cette technique est donc particulièrement indiquée pour les problèmes de fertilité masculine.

asthenospermie

Dans les cas d’asthénospermie. Également appelée asthénozoospermie, elle se définit par une mobilité réduite des spermatozoïdes. Cette faible mobilité pouvant compromettre le pouvoir fécondant des spermatozoïdes, l’ICSI permet d’augmenter les chances de fécondation.

oligospermie

Dans les cas d’oligospermie sévère. Lorsque le nombre de spermatozoïdes recueillis est très faible (moins de 1 million de spermatozoïdes par millilitre de sperme), la FIV-ICSI est particulièrement indiquée. En effet, un nombre de spermatozoïdes insuffisant compromet les chances de succès de la FIV classique.

teratospermie

Dans les cas de teratospermie. La teratospermie correspond à un nombre important d’anomalies morphologiques du spermatozoïde. Elle est généralement associée à un fort taux de fragmentation de l’ADN et d’anomalies chromosomiques, qui sont délétères lors de la fécondation et du développement embryonnaire.



maladie

Dans les cas de maladies. Si le partenaire masculin est atteint d’une maladie infectieuse (VIH, hépatite B ou hépatite C), la FIV-ICSI permet de limiter le risque de transmission de l’infection à la femme. Par ailleurs, après un traitement du cancer par chimiothérapie, les échantillons biologiques congelés sont si précieux que la FIV-ICSI sera préconisée.

4. Comment se déroule une FIV-ICSI ?



Hormis le processus de fécondation qui diffère, le parcours de FIV-ICSI est en tout point similaire à celui d’une FIV classique. Il débute par la stimulation ovarienne réalisée chez la femme pour stimuler la croissance d’un maximum d’ovocytes. Ceux-ci sont récupérés par ponction ovocytaire. Parallèlement à cette ponction ovocytaire, le recueil du sperme est réalisé. Les ovocytes et les spermatozoïdes sont prêts : le processus de fécondation par ICSI peut alors avoir lieu.

fecondation-micro

Lors d’une ICSI, la fécondation est réalisée au microscope :

Une micropipette permet de maintenir l’ovocyte par aspiration (à gauche de la photo). Parallèlement, le spermatozoïde est sélectionné est aspiré dans la pipette d’injection (à droite de la photo). Cette sélection a lieu selon des critères morphologiques et de mobilité. Il est ensuite réinjecté au sein de l’ovocyte. Les signes de fécondation et le développement embryonnaire sont observés dès le lendemain en vue d’un transfert.

5. Quelles sont les chances de succès de cette technique ?


chance-de-succes


En 2017, selon le rapport médical et scientifique de l’Agence de Biomédecine, 7 863 accouchements ont été réalisés suit à 43 254 tentatives de FIV-ICSI. Ce taux de succès (nombre d’accouchements par nombre de tentatives) atteint donc 18,1%.

Une étude réalisée au Royaume-Uni a démontré que la FIV-ICSI permet d’augmenter les taux de fécondation comparativement a la FIV classique (82,7% vs 67,0%).

La FIV-ICSI est la technique qui assure les plus grandes chances de succès en AMP !


Écrit par:

Fabien Duval Fabien Duval, Ph.D
Biologie de la reproduction et du développement
Wistim

Articles sur le même thème