fiche precedente fiche suivante
facebook
twitter
linkedin
exploration

Ce qui peut gêner la fertilité masculine sans que vous le sachiez

Introduction


L’infertilité se traduit par l’absence de grossesse au bout de 24 mois de rapports sexuels non protégés réguliers chez des couples en âge de procréer (définition de OMS).
15% des couples présentent des difficultés à concevoir, soit 1 couple sur 6 qui sera amené à consulter en Assistance Médicale à la Procréation.
Un facteur masculin est prédominant dans 30% des cas de l’infertilité du couple. Des études ont montré une dégradation des paramètres spermatiques depuis plusieurs années ayant amené à revoir à la baisse les normes définies par l’OMS des différents paramètres.

Ce qui peut gêner la fertilité masculine sans que vous le sachiez


Hygiène de vie, régime alimentaire +++

Age : La diminution de la fertilité masculine avec l’âge est établie avec une baisse du volume spermatique, une diminution de la mobilité des spermatozoïdes ainsi que du pourcentage de formes normales. L’évolution de la concentration spermatique est plus discutée.

Vos antécédents peuvent expliquer cette infertilité


La visite médicale faite lors du service militaire permettait auparavant de dépister des facteurs de risque d’infertilité. Le service militaire ayant été supprimé certaines pathologies peuvent être détectées plus tard dans la vie de l’homme notamment lors du bilan d’infertilité.
Les progrès techniques en AMP et notamment l’apparition de la micro-injection (ICSI) en 1992 ont conduit à trop souvent négliger le versant andrologique dans la prise en charge en AMP pour se contenter de rechercher le spermatozoïde à injecter dans l’ovocyte. Si certaines causes d’infertilité sont incurables notamment dans les infertilités d’origine génétique, d’autres peuvent être traitées permettant à l’homme d’améliorer ses paramètres spermatiques et la qualité de ses spermatozoïdes voire même de retrouver une fertilité naturelle. La consultation andrologique prend donc là tout son intérêt.

Écrit par:

Marc Even Silberstein Nathalie Le Foll, MD PhD ,
Médecin biologiste spécialisée en Biologie de la reproduction,
Directrice générale laboratoires Benhaim

Articles sur le même thème