fiche precedente fiche suivante
facebook
twitter
linkedin
Polykystiques

Syndrome des ovaires Polykystiques (PCOS SOPK)

Quelles sont les symptômes ou les signes échographiques ?


Des cycles qui sont chroniquement irréguliers étant classiquement longs (>35j) ou carrément inexistants (pas de règles).
On parle d’oligo-anovulation chronique. Cette situation s’associe en général à des ovaires qui sont porteurs d’un nombre augmenté de petits follicules de 2-9 mm ou follicules antraux (en principe >12 follicules antraux par ovaire). Ces deux caractéristiques réunies – oligo-anovulation et follicules antraux augmentés – permettent de poser le diagnostic d’ovaire polykystique ou PCOS (ou encore OPK).

Cette situation est souvent associée à une faible augmentation des hormones masculines qui peut se traduire par une légère augmentation de la pilosité et une tendance à l’acné. Cette condition de PCOS (OPK) est constitutionnelle et dure toute la vie reproductive, bien que le degré d’expression du trouble puisse varier considérablement.

De manière caractéristique, la condition de PCOS (avec oligo-anovulation) est présente de l’âge de la puberté à celui de la ménopause avec cependant une tendance à la normalisation des cycles au fur et à mesure que l’âge avance. La condition de PCOS n’est pas à proprement parlé une maladie génétique, mais de nettes tendances familiales existent.

Quels sont les traitements possibles ?


Les femmes qui ont simplement des cycles longs – par exemple 35-36 jours – ne requièrent souvent pas de traitement. Si l’ovulation est plus irrégulière – les cycles plus longs – il faut envisager un traitement. Si la femme cherche à concevoir, il conviendra alors d’induire l’ovulation artificiellement pour qu’une fécondation puisse avoir lieu et une grossesse se développer. Trois options distinctes sont possibles:

Écrit par:

Dominique De Ziegler Pr Dominique de Ziegler,
Consultant universitaire dans le service de gynécologie
Hôpital Foch

Articles sur le même thème