fiche precedente fiche suivante
facebook
twitter
linkedin
fiche precedente fiche suivante
ovocyte

Comment fonctionne une FIV ?

Vous avez consulté votre médecin gynécologue et une aide médicale à la procréation par fécondation in vitro vous a été proposée afin d’optimiser vos chances de grossesses.
Le but de votre prise en charge est l’obtention d’un ou de plusieurs embryons de qualité optimale pouvant être transférés dans l’utérus pour permettre la survenue d’une grossesse.

Comment fonctionne une FIV ?


Dans le cadre d’une fécondation in vitro (FIV), il est nécessaire d’obtenir en un seul cycle (après 10 à 15 jours de traitement) plusieurs ovocytes et ce, afin de maximiser les chances d’obtenir au moins 1 embryon transférable.

Pour le traitement, on réalise une stimulation ovarienne par des hormones qui se présente sous forme injectable sous cutanée.
La dose quotidienne prescrite par votre médecin est adaptée à votre cas particulier et déterminée par des critères d’évaluation préalables tels que le compte des follicules antraux à l’échographie en début de cycle et le taux d’AMH (hormone anti müllerienne).

La réponse au traitement est évaluée par des échographies pelviennes par voie vaginale, associées à des dosages hormonaux. Cette surveillance a lieu, en période de traitement, toutes les 48 heures environ jusqu'à ce qu’un nombre optimal de follicules matures ait atteint une taille et un taux hormonal indiquant le moment de maturité optimale.
C’est-à-dire le moment le plus propice à une ponction en vue de féconder les ovocytes prélevés.

Les différentes étapes d'une FIV :


Après avoir consulter votre médecin, vous partez pour un parcours de PMA qui comprend plusieurs étapes :

La stimulation Ovarienne

Au cours de votre stimulation et en plus des traitements expliqués plus haut, il peut y avoir des médicaments adjuvants peuvent être proposés :

Par exemple, en amont de la stimulation, un « blocage » : grâce à une pilule oestroprogestative, estradiol, progestérone (par comprimés) ou agonistes de la GnRH (par voie intra musculaire, nasale ou sous cutanée).

Au cours de la stimulation pour éviter une ovulation prématurée, votre médecin peut prescrire des antagonistes comme de la Gn RH (Cétrotide®, Orgalutran® ou Fyremadel Gé®).

Une fois le moment de maturité optimal décidé, vous devrez réaliser une injection d’hCG (OVITRELLE®) ou de Décapeptyl® qui va permettre le déclenchement de la dernière étape de la maturation de l’ovocyte.

Cette injection doit être réalisée à une date et un horaire extrêmement précis pour permettre le bon déroulement des étapes ultérieures.

La Ponction et le recueil de sperme

D’un côté, à la suite du traitement, votre médecin réalise une ponction ovocytaire, c’est-à-dire un prélèvement des ovules arrivés à maturation. Pour cela, une intervention chirurgicale est nécessaire. Cette opération est réalisée par guidage échographique par voie vaginale (sous anesthésie locale ou générale). Grâce à la sonde d’échographie, le médecin va piquer chaque follicule mature sur chaque ovaire et le transmettre au laboratoire.

D’un autre côté, votre conjoint devra réaliser un recueil de sperme à une date fixée par votre médecin.

Cette étape est primordiale puisqu’elle permet de fournir au laboratoire d’assistance médicale à la procréation les gamètes : spermatozoïdes et ovocytes (ovules).

Au laboratoire puis transfert d'embryon

Après la ponction et le recueil, le laboratoire s’occupe de la fécondation des ovocytes (différents procédés existent que nous détaillerons dans un autre article). La fécondation peut durer entre 2 et 6 jours.

Une fois ce laps de temps écoulé, le médecin procède à la réimplantation de l’embryon sélectionné dans l’utérus. Ce geste est indolore et s’effectue en consultation, il consiste à introduire via le col et après avoir mis en place un speculum (comme pour un examen gynécologique standard), un cathéter (tube en matière plastique souple de 1mm de diamètre environ) dans la cavité utérine.

Si vous aviez plusieurs ovocytes matures lors de la ponction, vous pourrez bénéficier de plusieurs transferts en cas de résultat négatif à la dernière étape.

Dernière étape: Le test de grossesse

Après le transfert embryonnaire, il vous sera indiqué à quelle date procéder au test de grossesse : 14 jours après la fécondation, donc 14 jours après la date de la ponction. Cette prise de sang obligatoire permettra de déterminer si l’embryon transféré a évolué favorablement et s’est implanté dans votre endomètre.

La prise de sang évalue le taux de beta HCG, hormone spécifique fabriquée par l’embryon et qui diffuse dans le sang de la mère.

Des traitements adjuvants sont nécessaires pour le bon développement de la grossesse.

Écrit par:

soizic Dr Soizic Le Parco,
Centre de fertilité et d’assistance médicale à la procréation
L’Institut Mutualiste Montsouris

Pour en savoir plus:

FIV